Cinquante nuances plus claires : critique qui fouette

Après deux risibles nanars, la saga charnelle s’est-elle transformée en cyclone d’érotisme, insoutenable de sensualité sulfureuse ?